samedi 21 août 2010

Chrétien et sexualité




Lu sur Pasteurweb.org

Entre un monde qui a perdu ses repères et un enseignement pas toujours très clair dans les églises, le chrétien a bien du mal à trouver la réponse à ses questions dans ce domaine.

Le monde dit "tout est permis" et nous citons : l'adultère, la sexualité hors mariage, l'homosexualité, la pornographie, la sodomie, l'échangisme et certains encore plus pervers vont jusqu'à la pratique de la pédophilie.

Le monde est dans la situation des habitants de Sodome et Gomorrhe. Le jugement de Dieu n'est pas loin de l'atteindre.

L'Église ne donne pas toujours un enseignement précis au sujet de la sexualité des chrétiens, beaucoup de choses autrefois interdites trouvent aujourd'hui place au sein de certaines églises, comme le concubinage et les relations sexuelles des jeunes avant le mariage.

Aussi, malgré la sensibilité du sujet, à cause de nombreux tabous et préjugés religieux, je vais m'efforcer à l'aide des Écritures d'une part, mais aussi de l'apport d'ouvrages déjà parus et d'expériences diverses, de donner un éclairage spirituel afin d'apaiser les craintes de beaucoup en leur apportant la sérénité nécessaire pour vivre leur sexualité de chrétiens convenablement, sous le regard de Dieu.

Au cours de nombreux entretiens, je me suis rendu compte qu'il existe, chez beaucoup de frères et sœurs, un malaise au sujet de la sexualité, pouvant aller jusqu'à la souffrance due à une culpabilité souvent infondée. Un grand flou et beaucoup de confusion règnent dans les esprits.

Déjà nous pouvons affirmer que notre passé religieux, dans les pays à dominance catholique, a une grande part dans nos sentiments de malaise et de culpabilité. D'autant plus que d'un autre côté, le monde est lancé dans une recherche débridée du plaisir sexuel, à tout prix.

Le chrétien vit alors un conflit permanent entre son désir de plaire à Dieu et celui de vivre une vie sexuelle normale… Encore faut savoir qu'elle est la normalité dans ce domaine.

Essayons donc d'y voir plus clair et d'acquérir les éléments qui nous permettront de trouver l'équilibre et la sérénité.

*


Au commencement Dieu créa l'homme et la femme, il les créa homme et femme (Le Semeur) mâle et femelle. (Darby) Genèse 1.27

Il est clair que dès le commencement la sexualité a fait partie de la nature humaine et nous savons que Dieu a attaché le plaisir à l'acte sexuel.

Il est vrai aussi, que la sexualité se pratiquait sans aucune notion de mal ou d'impureté. Elle faisait partie de la vie comme le manger et le boire et les autre besoins de l'être humain.

*

Dieu considéra tout ce qu’il avait créé, et trouva cela très bon. Genèse 1:31

Les notions d'impureté, de culpabilité, sont venues après la chute d'Adam et d'Ève.

*

L’homme et sa femme étaient tous deux nus sans en éprouver aucune honte. Sans éprouver aucune gêne. (Bible en F.C) Genèse 2:25

Puis :

*

Aussitôt, les yeux de tous deux s’ouvrirent et ils se rendirent compte qu’ils étaient nus. Alors ils se firent des pagnes en cousant ensemble des feuilles de figuier. Genèse 3:7

Le péché est entré dans le monde et tout est devenu différent : les pensées, les sentiments, les comportements, etc. ont été dénaturés et souillés par le péché.

La sexualité est devenue également différente. La nudité elle même était gênante.

Petit à petit le cœur des hommes s'est rempli de pensées et de désirs mauvais, allant jusqu'à se détourner de la voie naturelle de l'homme et de la femme.

*

"…la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal." Verset 12 "… toute chair avait corrompu sa voie sur la terre." Genèse 6:5

La version de la Bible en Français Courant, utilise le mot "dévoyé".

Nous avons dans l'épître aux Romains l'explication de l'expression "corrompre sa voie" :

*

"Leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement." Rom.

Nous savons qu'il s'agit ici de l'homosexualité, qui est une déviation de la voie normale de Dieu pour l'homme est la femme.

Dieu a défini la sexualité des être humains dans cette parole :

*

L'homme s'attachera à sa femme et ils deviendront une seule chair. Genèse 2:24

La première relation sexuelle d'Adam et Ève est relatée dans une phrase très courte:

*

"L’homme s’unit à Ève, sa femme; elle devint enceinte et donna naissance à Caïn. Elle dit: Avec l’aide de l’Éternel, j’ai formé un homme." (Genèse 4:1-Bible du Semeur)

La Bible Segond emploie une expression que nous retrouvons à chaque fois qu'il s'agit des relations sexuelle, c'est le verbe "connaître" :

*

Adam connut Ève sa femme.

Il faut souligner que l'expression en usage aujourd'hui dans le monde : faire l'amour, n'est pas employée dans la Bible.

Cette expression dévoie le sens du mot "amour" qui désigne des relations beaucoup plus nobles entre Dieu et les hommes et entre les êtres humains.

Le mot grec "agapê" désigne l'amour dans le sens noble.

Il caractérise l’amour de Dieu qui donne et qui se donne (Jean 3.16; Romains 5.8) et celui qui en découle pour nous (Matthieu 22.39) en aimant même nos ennemis (Mt 5.44). C'est un sentiment dont la définition est le don de soi (Jean 3.16).

Le terme qui convient pour décrire l'acte sexuel serait plutôt "éros" qui caractérise l'aspect passionnel du désir et de la convoitise, la satisfaction du plaisir charnel. Il y a un autre mot qui désigne les sentiments d'amitié très forts : c'est "philéo".

Lorsque nous parlons de la sexualité, il faut en distinguer plusieurs formes :

*

La sexualité de chaque être humain, c'est-à-dire les désirs sexuels qui font partie de notre nature, au même titre que le besoin de manger et de boire, mais bien sûr moins impératifs.
*

La sexualité du couple "mari et femme" dans le cadre du mariage.
*

La sexualité des hommes et des femmes entre eux hors des liens du mariage.
*

La sexualité des homosexuels, une déviance des voies naturelles, condamnée par Dieu.

La sexualité individuelle

Dès son plus jeune âge l'être humain ressent le désir sexuel, qu'il ne sait pas encore définir. Puis à la puberté, le corps se transforme et ses désirs se précisent.

Soit accidentellement, soit intentionnellement, le jeune homme ou la jeune fille vont découvrir que l'excitation des organes génitaux procure un plaisir qu'ils vont rechercher par la masturbation.

La masturbation

Le mot en lui-même génère un malaise, tant il est vrai que ce sujet traîne derrière lui un très mauvaise réputation dans nos milieux judéo-chrétiens et on lui a faussement attribué toutes sortes de méfaits : surdité, cécité, abêtissement, impuissance et j'en passe. Il est scientifiquement prouvé que cela est erroné.

On a cité, également à tort, l'exemple de Onan, qui pour ne pas donner de postérité à sa belle-sœur se souillait à terre et que l'Éternel fit mourir.

Ce qu’il faisait déplut à l’Éternel, qui le fit aussi mourir. Genèse 38.9/10

Ce texte mérite une explication :

Premièrement, Onan ne se masturbait pas, mais utilisait un moyen bien connu pour ne pas mettre sa belle sœur enceinte : il se retirait au moment de l'éjaculation, selon l'expression "se souillait à terre" Genèse 38.9.

Deuxièmement ce qui a déplu à Dieu, c'est son refus d'obéir à la loi divine qui ordonnait à un homme dont le frère mourrait de lui assurer une postérité, en allant vers la femme du défunt. Or Onan agissait ainsi parce qu'il savait que cette postérité ne serait pas à lui et que l'héritage de son frère ne lui reviendrait pas.

On a aussi dit que la masturbation était une souillure selon la loi de Moïse, en citant le texte de Deutéronome 23:10 :

*

S’il y a chez toi un homme qui ne soit pas pur, par suite d’un accident nocturne, il sortira du camp, et n’entrera point dans le camp.
*

Lorsqu’il arrivera à un homme d’avoir un épanchement séminal, il baignera tout son corps dans l’eau et sera impur jusqu’au soir. Lévitique 15:16

Nous avons bien compris qu'il s'agit là des choses que la loi de Moïse considérait comme souillées, au même titre que lorsqu'une femme avait son cycle menstruel ou que l'on touchait une chose considérée comme impure selon la loi.

La masturbation a été condamnée par les lois religieuses, au même titre que les relations sexuelles des couples mariés en dehors de la recherche de la procréation. Mari et femme ne devaient pas avoir de rapports sexuels si ce n'est dans l'intention d'avoir des enfants et la semence d'un homme ne devait pas être répandue en dehors de cet impératif.

C'est à cause de toutes ces interdictions établies au nom de la morale ou des interdits religieux, que la masturbation produit chez ceux qui la pratiquent un sentiment de culpabilité.

Mais qu'en est-il réellement ?

A ma connaissance, le terme et l'acte ne sont cités nulle part dans la Bible, quoique nous savons que la pratique de la masturbation a toujours existé.

Il est donc difficile de s'appuyer sur des textes précis des Écritures, pour en juger en bien ou en mal.

Il faut plutôt se placer dans le contexte général de la Parole de Dieu, concernant ce qui est pur ou impur, convenable ou inconvenable, se rappelant aussi les instructions de l'Écriture au sujet de la maîtrise des désirs charnels.

Tout d'abord, la masturbation est provoquée par plusieurs éléments qui suscitent le désir sexuel :

*

Un désir naturel mécanique. On connaît le phénomène de l'érection matinale chez l'homme, qui est le résultat d'un afflux de testostérone, produit par les testicules. Chez la femme ce désir naturel est l'effet de secrétions hormonales.
*

Des rêves érotiques qui, s'ils ne trouvent pas en eux-mêmes leur conclusion, suscitent la masturbation.
*

Des images ou des scènes qui produisent un état d'excitation.
*

Les fantasmes, produits de l'imagination qui met en scène dans la pensée des situations érotiques. Cela fait partie de ces pensées, qui si elles focalisent sur une autre personne que son conjoint sont traitées d'adultère par Jésus. Matthieu 7.28
*

Des comportements ou des attitudes qui provoquent le désir.

Il est évident que certaines de ces situations font partie de ce que la Bible appelle "les convoitises charnelles" ou "les mauvais désirs", l'intempérance, l'incontinence...

Nous devons nous garder de l'impureté, qui prend naissance dans notre propre cœur dont parlent Jésus et les apôtres dans leurs épîtres.

*

"Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités". Marc 7:21
*

"Or les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution,..." Galates 5:19

Il y a deux formes d'impureté :

*

Les impuretés mentales qui se produisent dans nos pensées. Les images mentales, des scènes érotiques que nous construisons en pensées, les fantasmes.
*

Les impuretés physiques, les relations sexuelles en dehors du mariage, l'homosexualité et autres pratiques abominables mentionnées dans la Bible. Lévitique 18.22/25.

Par les Écritures nous pouvons comprendre que nous devons nous purifier des péchés en pensées, en sentiments, mais aussi des actes physiques répréhensibles.

*

"approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure". Hébreux 10:22,
*

Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 7:1

Les souillures de la chair et de l'esprit, ce sont les péchés de toute nature qui salissent notre cœur et notre corps. Cela va des mauvaises pensées, des mauvais sentiments, à nos comportements et à nos actes mauvais.

Pour revenir à la sexualité, il ne faut donc pas cultiver dans nos pensées des scènes coupables : convoitises d'une femme ou d'un homme (Matthieu 5.27) , images, scènes érotiques (fantasmes).

*

"Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité; c’est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l’honnêteté, sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu…4.7 Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification. Celui donc qui rejette ces préceptes ne rejette pas un homme, mais Dieu, qui vous a aussi donné son Saint-Esprit." 1 Thessaloniciens 4.3

Notre corps est le temple du Saint-Esprit.

*

"Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?" 1 Corinthiens 6:19

L'apôtre Paul parle dans ce texte des relations sexuelles coupables qu'il appelle "l'impudicité".

*

"le corps n’est pas pour l’impudicité. Il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps." 1 Corinthiens 6. 13
*

"Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d’une prostituée ? Loin de là! Ne savez-vous pas que celui qui s’attache à la prostituée est un seul corps avec elle? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. Mais celui qui s’attache au Seigneur est avec lui un seul esprit." 6.15
*

"Fuyez l’impudicité. Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps; mais celui qui se livre à l’impudicité pèche contre son propre corps."

L'impudicité

Voici un commentaire du dictionnaire biblique "Emmaüs", concernant l'impudicité aussi exprimée par "la débauche" :

Le mot débauche traduit toute une série de dérèglements, surtout sur le plan sexuel, exprimés en hébreu. par zanah et en grec par une variété de termes:

*

porneia est le terme général englobant ce que l’on traduit généralement par impudicité ou impureté, mais aussi la fornication (relation sexuelle entre personnes non mariées), l’infidélité conjugale et la prostitution.
*

aselgeia: dévergondage, orgie, débauche;
*

akatharsia: impureté;
*

asôtia: inconduite, corruption, Luc. 15.13; Eph. 5.18
*

akrasia: intempérance, incontinence, 2 Tim. 3.3
*

truphê: volupté;
*

malakos: dépravé;
*

kraipalê: débauche, crapulerie;
*

koitai: "lits", luxure, Rom. 13.13
*

arsenokotai: pédérastes, homosexuels, Rom. 1.26-27; 1 Cor. 6.9; 1 Tim. 1.10
*

ataktos: qui vit dans le dérèglement, 1 Thess. 5.14; 2 Thess. 3.6, 7, 11
*

philedonoi: "amis des plaisirs", 2 Tim. 3.4.

La débauche est le résultat d’un manque de maîtrise de soi et de discipline. C’est une vie dissipée.

Dans Jude 7, le mot débauche est exprimé en grec par une expression. très forte s’appliquant à la prostitution.

Mais la débauche ne désigne pas seulement le dérèglement sexuel, elle englobe aussi l’excès de boisson, de table, etc. : Marc 7.22; Romain 13.13; 2Co 12.21; Ga 5.19; Ephésiens 4.19; 5.18 - 1Pierre 4.3; 2Pi 2.18.

La débauche est une idolâtrie, car elle place la jouissance sensuelle au-dessus de Dieu : Apocalypse 14.8; 17.2; 18.3.

Elle a sa source dans la convoitise de la chair et représente une révolte contre Dieu, qui a créé notre corps pour sa gloire.

Les croyants doivent se garder de retourner dans la débauche du passé et, dans l’Église, les anciens doivent se préserver de la débauche : Tit 1.6-7 (fin de citation).

Ce long texte explique parfaitement le sujet que nous abordons, en particulier l'impudicité ou l'inconduite ou encore la fornication qui est le fait d'avoir des relations sexuelles en dehors du mariage.

Maintenant, voyons la sexualité dans le couple chrétien (ce qui est valable aussi pour tous les couples chrétiens ou non).

La sexualité du couple marié doit être l'expression de l'amour.

L'amour conjugal exprime toute sa grandeur et sa noblesse dans l'exemple sans égal de l'amour du Christ pour son Église : Éphésiens 5.

C'est cet amour qui va définir l'épanouissement du mariage dans tous ses éléments, donc aussi celui le la sexualité du couple.

Extrait de l'étude "le couple chrétien" : La relation sentimentale:

L’amour, c’est quoi ? l’attirance physique, le coup de foudre ? Nous savons bien que l'amour vrai est un sentiment profond et durable, qui ne se limite pas à la relation physique, mais qui implique tout l'être : aimer de tout son cœur, de toute sa force, de toute son âme, de toute sa pensée, est également applicable pour l'amour du couple chrétien.

C'est cet amour, défini en 1 Corinthiens 13, qui est fort comme la mort (Cantique des cant. 8.6).

Les fiançailles :

Elles sont un temps de préparation, une approche progressive pour se mieux connaître. Mais aussi un temps de vigilance et de maîtrise de soi, afin d'éviter les pièges de la sexualité facile .

Un jeune homme et une jeune fille qui se fiançaient ne se connaissaient qu'après que le mariage eût été célébré. Es.62.5 - C'était une loi en Israël. Deut.22.20 – C'est une règle morale normale parmi la plupart des peuples, à plus forte raison pour les chrétiens. 1 Thes.4.3/5.

Les relations sexuelles avant le mariage ou hors mariage ?

C'est de l'inconduite, la fornication est le terme employé par les Écritures. Même si ce comportement est à la mode dans le monde, que chacun se conserve pur, c'est l'invitation de la Parole de Dieu.

Le concubinage…

Les situations de concubinage dans la Bible ont engendré bien des problèmes et même s'il a été le fait d'hommes de foi , nous savons que le projet de Dieu pour l'être humain est le mariage dans la fidélité à l'époux ou à l'épouse. Il est écrit :"Que chacun ait sa femme et que chaque femme ait son mari".

Nous l'avons dit et vu dans les Écritures : Le couple chrétien est un couple marié : 1 Cor. 7.2. (Voir l'étude "Le chrétien et sa famille : le mariage, le couple chrétien")

Les relations dans le couple chrétien

En ce qui concerne la relation affective et amoureuse du couple, la sexualité, la contraception, quelques lectures bibliques nous apprendront :

*

le respect, la fidélité et la pureté

< Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères> Hébreux 13:4

*

l’amour< Éphésiens 5. 22 à 33 >
*

La sagesse< 1 Corinthiens 7>
*

L’harmonie< 1 Corinthiens 11…La place de chacun dans l’ordre créateur divin>.

Nous l’avons déjà dit : La sexualité n’est pas une invention humaine. Elle fait partie de l’ensemble des facultés que Dieu a données au couple qu’il a créé : " Dieu les créa mâle et femelle " (Littéralement dans le texte)

*

"Que le mari rende à sa femme ce qu'il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari. La femme n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est le mari; et pareillement, le mari n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est la femme. Ne vous privez point l'un de l'autre, si ce n'est d'un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence." 1 Corinthiens 7. 3

Les problèmes rencontrés dans les relations sexuelles du couple relèvent souvent d’une difficulté relationnelle : communication inexistante, on ne se parle pas ou peu, incompréhension, méconnaissance du conjoint, tabous culturel ou religieux, inhibitions, blocages psychologiques, absence ou manque de tendresse, égoïsme dans la recherche de son plaisir ou de ses satisfactions personnelles, peurs, craintes…parfois problèmes de santé, fatigue, surmenage professionnel.

Un autre problème ou plutôt des questions souvent sans réponse satisfaisante de la sexualité du couple chrétien, relèvent de la pratique des relations sexuelles, ce qui est bien ou mal, permis ou pas.

J'emprunte ici quelques lignes de l'excellent livre du pasteur Richard Foster : L'argent, la sexualité et le pouvoir.

Célébration dans la chambre à coucher :

Très franchement la sexualité dans le cadre du mariage devrait être une expérience voluptueuse. C'est un don qu'il faut célébrer, un don excellent à bien des égard. Nous participons à la fête dont parle le Cantiques des cantiques :

*

"J’entre dans mon jardin, ma sœur, ma fiancée; Je cueille ma myrrhe avec mes aromates, Je mange mon rayon de miel avec mon miel, Je bois mon vin avec mon lait… -Mangez, amis, buvez, enivrez-vous d’amour! –" (5.1)

C'est avec joie que nous répondons au conseil du livre des Proverbes :

*

"Sois en tous temps enivré de ses charmes" ( 5.19)

Ceux qui s'efforcent de limiter la sexualité à la seule procréation ne tiennent pas compte de l'enseignement biblique.

L'Écriture célèbre avec enthousiasme la sexualité dans le cadre des liens du mariage.

La fréquence des rapports sexuels et la variété des "techniques" sexuelles ne constituent pas des questions d'ordre moral, à l'exception de la considération que l'on doit avoir l'un pour l'autre.

Autrement dit, les couples mariés sont libres, dans le Seigneur, de faire tout ce qui apporte une satisfaction mutuelle et contribue au bien de la relation…

…Les croyants sont libres, à l'intérieur du mariage, d'explorer les domaines sexuels de la tendresse et du plaisir qui peuvent les conduire dans des expériences plus profondes de l'amour.

Cependant j'aimerais faire un commentaire au sujet des rythmes mutuels de notre sexualité.

Le rapport sexuel n'est pas une chose qui va de soi. Dans ce domaine, tout n'est pas réglé dès l'instant où l'on est marié. Ce rapport a besoin d'entretien, de tendresse, de formation, d'éducation et de bien autres choses. Quand deux personnes entrent dans l'intimité sexuelle, il doit y avoir de profonds échanges émotionnels, spirituels et physiques.

Les hommes et les femmes réagissent de manière différente dans l'expression sexuelle et nous avons tout intérêt à mieux apprendre qu'elles sont ces différences.

Les experts nous disent que, dans le domaine de la sexualité, les femmes réagissent davantage que les hommes en termes de relation personnelle, de sollicitude, de partage.

Cependant, ma responsabilité, devant Dieu, est d'apprendre à connaître les rythmes propre à ma femme. Quelle fréquence, quelle intensité, quelle lenteur, quelle rapidité, quelle source de plaisir, quelles sources de vexation autant de questions qui, avec beaucoup d'autres, forment le vocabulaire de l'amour.

Je dois apprendre à lire le langage de son cœur et de son âme, et elle doit apprendre à lire le mien.

Fin de citation

Dans ce que nous venons de voir, il apparaît que dans tous les domaines de la sexualité, pour un chrétien, "la maîtrise de soi" est l'élément clé.

"La maîtrise de soi" est le fruit de l'Esprit (Galates 5.22)

C'est la vertu de celui qui sait garder ses désirs, en particulier ses appétits sensuels sous le contrôle de sa volonté !

Comme une ville forcée et sans murailles, ainsi est l’homme qui n’est pas maître de lui-même. Proverbes 25:28

Une personne sans maîtrise d’elle-même (littéralement : sans retenue pour son esprit) est sans défense, toujours sujette aux attaques et aux défaites.

La maîtrise de soi n’est pas une chose naturelle qui va de soi. Elle demande des efforts (2 Pierre 1.5/7) et surtout l'aide de Dieu qui la produit en nous par son Saint-Esprit : Galates 5.23; 2Ti 1.7.

La force de maîtriser notre nature charnelle dans ses appétits, ses désirs excessifs et ses convoitises, est le fruit de l'Esprit

Le chrétien doit vivre comme l’athlète qui exerce une discipline sur lui-même. 1Co 9.25-27

L'apôtre Paul confie qu'il traite durement son corps et le tient assujetti, de peur d’être lui-même rejeté, après avoir prêché aux autres. 1 Corinthiens 9:27 - Il maîtrisait les désirs de son corps.

La maîtrise de nos désirs, même les plus légitimes, réside dans une vie spirituelle réelle et équilibrée.

Pour exercer une discipline de vie, qui permette de concilier notre sexualité avec la pensée de Dieu, il faut de la force.

Notre volonté à elle seule ne suffit pas. Jésus dit : "l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible."

*

Veillez et priez pour ne pas céder à la tentation. L’esprit de l’homme est plein de bonne volonté, mais la nature humaine est bien faible. Marc 14:38

La maîtrise de soi est l'élément essentiel qui nous permettra de mettre en harmonie notre vie spirituelle et notre vie naturelle.

La maîtrise de soi, "fruit de l'Esprit", est la force qui nous permet de maîtriser et contrôler tous les éléments de notre vie naturelle.

Cette force nous la trouvons dans le Seigneur :

*

Éphésiens 3 : "afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur."
*

Éphésiens 6:10 : "Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante."
*

Colossiens 1:11: "fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients."
*

"Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables." 1 Pierre 5:10

Nous chantons parfois "La force est en Christ", mais en face de nos problèmes nous fléchissons. Il ne s'agit pas de crier ou de chanter "la force est en Christ", ce n'est pas un slogan, c'est un appel à venir à LUI chercher la force qu'il communique par son Esprit, afin qu'au moment où cette force nous est nécessaire nous la trouvions en nous.

*

"Ceux qui se confient en l’Éternel renouvellent leur force." Esaïe 40:31

Une des sources principale de notre force physique, c'est la nourriture. Nous mangeons plusieurs fois par jour, en principe trois fois : le matin, le midi et le soir. Lorsque nous manquons un de ces rendez vous, nous sentons que nous faiblissons.

Il faut renouveler régulièrement nos repas afin d'entretenir notre force physique. Une nourriture saine, appropriée, et prise sans excès, est nécessaire à notre bonne santé.

Il y a des chrétiens qui vivent spirituellement sans s'alimenter. Ils n'ont pas une communion quotidienne avec le Seigneur, ils prient peu, ils ne lisent par régulièrement la Bible, ils ne fréquentent pas suffisamment les assemblées de l'église, alors ils sont sans forces devant les tentations, leurs passions, les convoitises et les mauvais désirs. Ils ne peuvent ni résister, ni repousser le mal.

David disait que Dieu dressait une table devant lui, afin qu'il puisse faire face à ses ennemis. C'est à dire qu'il devait se fortifier en se nourrissant pour affronter ses ennemis.

*

"Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires; Tu oins d’huile ma tête, Et ma coupe déborde." Psaumes 23:5 :

David priait et méditait la Parole de Dieu régulièrement :

Le soir, le matin, et à midi, je soupire et je gémis, Et il entendra ma voix. Psaumes 55:17

Il priait dès le matin, et aussi le soir et parfois la nuit et il méditait la Parole de Dieu pour nourrir son âme :



*

Psaumes 5:3 "Éternel! le matin tu entends ma voix; Le matin je me tourne vers toi, et je regarde."
*

Psaumes 119:62 "Au milieu de la nuit je me lève pour te louer, A cause des jugements de ta justice."
*

Psaumes 119:147 "Je devance l’aurore et je crie; J’espère en tes promesses."
*

Psaumes 119:148 "Je devance les veilles et j’ouvre les yeux, Pour méditer ta parole."
*

Il dit aussi : "Je suis dans la joie quand on me dit "Allons à la maison de l'Éternel."



Alors, il pouvait dire à Dieu :

"Tu me donnes la force du buffle; Je suis arrosé avec une huile fraîche. Psaumes 92:10 –

Sa force venait du SAINT ESPRIT."

Daniel priait trois fois par jour (Daniel 6.10), aussi souvent qu'il mangeait. Et il lisait les Écritures. Daniel 9.2 . Il se nourrissait de la communion et de la parole du Seigneur.

Voyez vous, il ne s'agit pas de quelque chose de magique : le prédicateur va prier pour moi, il va chasser les démons de l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table.

Ces choses là sont les oeuvres de la chair. Galates 5.19

Le comportement d'aller chercher la prière d'un puissant prédicateur pour régler nos problèmes charnels, en négligeant l'effort personnel de rechercher la force du Seigneur, c'est de la paresse. Nous n'avons pas le courage de nous y atteler nous-mêmes.

Nous devons nous engager dans ce combat :

*

par la volonté d'être victorieux, en comptant sur la force du Seigneur. Une décision claire et ferme. Esaïe 26:3 A celui qui est ferme dans ses sentiments Tu assures la paix, la paix, Parce qu’il se confie en toi.
*

par la prière pour demander au Seigneur sa force et son secours. Nous avons ses promesses. Hébreux 2.18 – Hébreux 4.15
*

par la lecture personnelle de la Parole de Dieu, la nourriture de l'âme qui fortifie
*

par la vie de l'église, où s'exercent les ministères et les dons du Saint-Esprit, que Dieu a donnés pour l'édification et le perfectionnement des enfants de Dieu
*

par la persévérance dans ces choses.

"Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l’âme découragée. Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché. Hébreux 12.11

Alors, comme David nous pourrons louer Dieu :

"Tu me donnes la force du buffle; Je suis arrosé avec une huile fraîche." (Psaumes 92:10).

Pour conclure, nous disons que notre sexualité, comme tous les autres domaines de notre vie d'hommes et de femmes, n'est pas laissée à notre bon vouloir, ni calquée sur les conceptions et habitudes du monde.

Elle est régie par la Parole de Dieu, spirituellement comprise et vécue avec la maîtrise que produit l'Esprit Saint.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...